Gaia : le ciel en profondeur - 3 décembre 2020 : le Catalogue Nouveau est arrivé !
Accueil > La mission > Les résultats ! > 3 décembre 2020 : le Catalogue Nouveau est arrivé !

3 décembre 2020 : le Catalogue Nouveau est arrivé !

Une journée de présentations sur Gaia se tiendra, en ligne, le 3 décembre 2020, à l’occasion de la publication de Gaia EDR3.

24/11/2020. A l’occasion de la publication de la première partie du troisième catalogue Gaia, Gaia EDR3 (Gaia Early Data Release 3), une journée est organisée conjointement par le CNES, le Laboratoire d’Astrophysique Bordeaux (LAB), l’Observatoire de la Côte d’Azur (OCA), l’Observatoire de Paris, et l’Institut UTINAM/OSU Theta.

La journée se déclinera en trois temps :

  • de 11 à 12h : une conférence de Presse sur le catalogue Gaia EDR3 et ses premiers résultats.
  • de 14 à 17h : une série de webinaires sur quelques uns des très nombreux résultats scientifiques obtenus avec Gaia DR2 (à destination des scientifiques et amateurs éclairés). Ces présentations seront faites en français, mais avec des diapositives en anglais.
  • de 21 à 22h : une conférence grand public.

 

Programme de la Conférence de Presse

Bienvenue par Fabienne Casoli, Présidente de l’Observatoire de Paris – PSL
11h00-11h15 : Gaia et son 3ème catalogue (Catherine Turon et Frédéric Arenou, GEPI, Observatoire de Paris)
11h15-11h22 : Le catalogue Gaia des étoiles proches (Céline Reylé, Institut UTINAM, OSU THETA)
11h22-11h29 : L’anticentre galactique vu par Gaia (Georges Kordopatis, Lagrange, OCA)
11h29-11h36 : Exploration des Nuages de Magellan (Laurent Chemin, Universidad de Antofagasta, Chili, ex GEPI et LAB)
11h36-11h41 : Balade dans la Voie lactée (Clément Hottier, GEPI, Observatoire de Paris)
11h41-11h48 : Les prochains catalogues Gaia (Chantal Panem, CNES)
Questions/ Réponses
12h Ouverture de la base de données Gaia EDR3 et visualisation des requêtes à l’archive en temps réel depuis l’ESAC (European Space Astronomy Centre) à Madrid.

Cette conférence de presse est aussi disponible sur la chaîne YouTube de l’Observatoire de Paris.

 

Programme de l’après-midi

Organisée par l’Observatoire de Paris.

14:00 Fabienne Casoli, Présidente de l’Observatoire de Paris – PSL : introduction

14:05 Paola Di Matteo (GEPI) : Le disque de la Voie lactée dévoilé par Gaia : crêtes, ondulations, et structure spirale
Depuis la publication de son deuxième catalogue, la mission Gaia ne cesse de faire de nouvelles découvertes. Il est devenu évident que les processus de non-équilibre dans la Voie lactée, tels que les interactions avec les satellites, l’effet de la barre et des bras spiraux, ont considérablement façonné la structure et la cinématique actuelles du disque. Je présenterai un résumé de ces découvertes, ainsi que le travail de modélisation effectué par notre équipe pour les interpréter. Enfin, je montrerai comment il est possible de combiner les parallaxes, les mouvements propres et les vitesses radiales de millions d’étoiles du disque pour cartographier notre Galaxie et dévoiler sa structure en spirale.

14:25 Pierre Kervella et al. (LESIA) : Les compagnons stellaires et sous-stellaires à l’aide des mouvement propres Gaia
Le recensement des compagnons stellaires et substellaires des étoiles proches est largement incomplet, en particulier en ce qui concerne les naines brunes de faible masse et les exoplanètes de longue période. Les compagnons influencent le mouvement propre de leur hôte par leur mouvement gravitationnel réflexe. En utilisant les catalogues Hipparcos et Gaia DR2, nous avons déterminé le mouvement propre à long terme des étoiles communes à ces deux catalogues. Nous avons ensuite recherché une anomalie de mouvement propre (PMa) entre le vecteur de mouvement propre à long terme et les mesures de DR2 (ou Hipparcos), indiquant la présence d’un objet secondaire perturbateur. Nous avons concentré notre analyse sur les Céphéides classiques, les étoiles RR Lyrae et les étoiles proches situées à moins de 50 pc. Je me concentrerai sur le cas spécifique de l’exoplanète à vitesse radiale Proxima c, dont la masse a pu être estimée à partir de l’astrométrie de Gaia. Nous avons également récupéré les masses des compagnons planétaires d’epsilon Eri, epsilon Ind et bêta Pic, et détecté la signature d’une éventuelle planète de quelques masses joviennes en orbite autour de tau Ceti. Ce type d’analyse ouvre la possibilité d’identifier des compagnons orbitaux de longue période autrement inaccessibles. La complémentarité de Gaia avec la vélocimétrie et les techniques de transit (plus sensibles aux périodes orbitales courtes) semble déjà remarquablement puissante.

14:45 Misha Haywood (GEPI) : Histoire d’une rencontre galactique
L’histoire d’une galaxie est aussi l’histoire de ses rencontres avec d’autres galaxies. La deuxième Data Release de Gaia a permis de mettre en évidence que la Voie lactée a fusionné avec une de ses galaxies satellites il y a plus de 9 milliards d’années. Cela a été une rencontre majeure qui a façonné l’évolution de notre Galaxie. Je discuterai les circonstances de cette découverte, les caractéristiques et les implications de cet événement galactique.

15:05 Bruno Sicardy (LESIA) : Les occultations stellaires avec Gaia
Les occultations stellaires par les objets du système solaire ont conduit à de nombreuses campagnes très fructeuses (découvertes d’anneaux autour Chariklo et Haumea, effets saisonniers de Pluton...). Ces occultations ont grandement bénéficié de Gaia DR2, et permettent aujourd’hui d’aborder de nouvelles thématiques.

15:15 Jean Schneider (LUTh) : Recherche d’astéroïdes interstellaires avec Gaia
Gaia fournit régulièrement des alertes d’objets du système solaire : https://gaiafunsso.imcce.fr/public-alerts/list.php. Parallèlement, Zwicky Transit Facility (ZTF) produit aussi des alertes d’objets du système solaire. En liaison avec le groupe FINK de l’IN2P3 (https://fink-broker.org/), qui a un accès privilégié aux alertes de ZTF, je décrirai le projet de corrélation entre les alertes de Gaia et celles de ZTF pour y chercher des astéroïdes interstellaires. Lorsque LSST sera opérationnel, l’opération se poursuivra avec LSST.

15:30 Clement Hottier (GEPI) : « Dépoussièrer » la Galaxie avec Gaia
La deuxième data release de Gaia nous a fourni le plus vaste catalogue de parallaxes d’étoile. Cette information sur la troisième dimension nous aide non seulement à comprendre la distribution des étoiles dans la Galaxie, mais aussi l’extinction qui atténue leurs lumières. En effet, en combinant le catalogue Gaia DR2 à de la photométrie infrarouge, nous avons cartographié en trois dimensions l’extinction interstellaire par deux méthodes. La première permet de sonder les premiers kiloparsecs autour du soleil tandis que la seconde nous donne accès aux zones plus éloignées. Ces deux cartes complémentaires nous révèlent les composantes de poussière des grandes structures du disque galactique tel que les bras spiraux.

— Pause —

16:00 Louise Breuval (LESIA) : La loi de Leavitt des Céphéides de la Voie lactée grâce aux parallaxes de Gaia DR2 et à des amas ouverts hôtes
Les étoiles Céphéides jouent un rôle considérable en tant qu’étalons de distances astronomiques, grâce à la relation simple entre leur période de pulsation et leur luminosité intrinsèque, la relation PL (Leavitt 1912). L’incertitude sur cette relation est le principal facteur contribuant au budget d’erreur de la constante de Hubble, un paramètre qui décrit l’expansion de l’Univers. La valeur de la constante de Hubble est actuellement au centre d’une controverse majeure : alors qu’elle est estimée à 67,4 +/- 0,5 km/s/Mpc par le satellite Planck (Planck Collaboration 2018), la mesure locale basée sur les Céphéides est plus grande de 4 sigma, avec une valeur de 74,0 +/- 1,4 km/s/Mpc (Riess et al. 2019). Cet écart peut fournir des preuves de physique au-delà du modèle standard. Par conséquent, des mesures précises et exactes de la distance des Céphéides sont d’une importance capitale pour améliorer l’étalonnage de la relation PL et tenter de résoudre cette crise. Nous proposons une approche originale afin d’éviter l’utilisation directe de parallaxes de Céphéides potentiellement peu fiables. Nous obtenons 36 distances indirectes, non biaisées et précises pour les Céphéides galactiques. En utilisant cet échantillon, nous calibrons la relation PL dans le proche infrarouge et les bandes optiques. Nous révisons la constante de Hubble de 76,18 +/- 2,37 km/s/Mpc de Riess et al. (2016) sur la base des Céphéides de la Voie lactée : en adoptant notre échantillon, nous obtenons 72,8 ± 2,7 km/s/Mpc.

16:20 Francois Hammer (GEPI) : Gaia DR2 : conséquences sur la nature des galaxies naines sphéroïdales et sur la masse de la Voie lactée -
Les naines sphéroïdales autour de la Voie lactée sont les plus petites galaxies observées et sont supposées contenir une grande fraction de matière noire, au vu de leurs dispersions de vitesse trop importantes. Cependant, la plupart d’entre elles se trouvent à proximité de leur péricentre au vu de leur orbite et de la distribution de masse de la Voie lactée, toutes deux dérivées de Gaia DR2. Cela conduit à une très faible probabilité, P = 2 10-7, qu’il s’agisse de satellites à longue durée de vie tels que les sous-halos prévus par les simulations cosmologiques. Leur proximité avec leur péricentre suggère plutôt qu’elles sont affectées par des chocs de marée qui fournissent suffisamment d’énergie cinématique pour expliquer leurs dispersions de vitesse. La dépendance des propriétés de la matière noire à leur distance à la Voie lactée semble favoriser des dSphs soumises à des effets de marée et hors équilibre plutôt que les systèmes en auto-équilibre dominés par la matière noire.

16:40 Frédéric Arenou (GEPI) : Gaia, de DR2 à EDR3
Lentement mais sûrement, l’astrométrie et la photométrie de Gaia s’améliorent, et Gaia EDR3, plus exact et plus précis, va remplacer Gaia DR2, et augmenter la distance limite du relevé pour un plus grand nombre de sources. Nous présenterons les principales propriétés de cette nouvelle publication des données, en soulignant les résultats utiles, les caveat de la validation scientifique et les améliorations attendues comparé à DR2.

Programme de la Conférence Grand Public

Organisée par l’OCA et le CNES.

21h00-21h05 : Introduction sur la mission Gaia par Philippe Laudet (Responsable des programmes Astrophysique et Astronomie du CNES)
21h05-21h22 : Le système solaire vu par Gaia par Paolo Tanga (astronome à l’Observatoire de la Côte d’Azur)
21h22-21h39 : Étudier la galaxie avec 1 milliards d’étoiles par Orlagh Creevey (astronome adjoint à l’Observatoire de la Côte d’Azur)
21h39-21h56 : Les lentilles gravitationnelles avec Gaia avec Christine Ducourant (astronome adjoint à l’Observatoire de Bordeaux)

Lien : https://www.oca.eu/fr/conferences/2835-conference-mission-gaia-edr3

 

Contacts

Responsables : Frédérique Auffret et Frédéric Arenou à l’Observatoire de Paris et Chantal Panem au CNES Toulouse.

Contacts presse : Frédérique Auffret (frederique.auffret@obspm.fr) à l’Observatoire de Paris, Raphael Sart (raphael.sart@cnes.fr) au CNES Toulouse et Marc Fulconis (marc.fulconis@oca.eu) à l’OCA.

Responsables locaux au nom du DPAC, le Consortium de traitement et d’analyse des données de Gaia : Frederic Arenou et Catherine Turon à l’Observatoire de Paris, François Mignard et Paolo Tanga à l’OCA, Céline Reylé à l’Observatoire de Besançon (UTINAM) et Clara Nicolas au CNES à Toulouse.