Gaia : le ciel en profondeur - Une image de test
Accueil > Le satellite > Une image de test

Une image de test

L’illustration ci-dessous est une image de test du jeune amas globulaire NGC1818 dans le Grand Nuage de Magellan. Cette image a été reconstituée à partir de données prises par les repéreurs d’objets célestes (les deux premières colonnes de CCDs, en anglais "Sky Mapper" : voir le plan focal de Gaia), dans le cadre de la phase d’étalonnage du satellite avant le début de la phase scientifique de la mission ; le satellite n’est donc pas encore complètement focalisé ni le mouvement optimisé. Le champ de vue est ici de 212 x 212 secondes d’arc et l’image est orientée avec le Nord en haut et l’Est à gauche. Le temps d’intégration de l’image a seulement été de 2,85 secondes et cette image ne couvre qu’une superficie de moins de 1 % de la totalité du champ de vue de Gaia.

La conception globale de Gaia est optimisée pour effectuer des mesures précises de position et les miroirs primaires de ses deux télescopes sont rectangulaires plutôt que ronds ; pour optimiser les images fournies par les télescopes, les pixels du plan focal de Gaia sont donc également rectangulaires. Afin de produire cette image de NGC1818, l’image a donc été ré-échantillonnée avec des pixels carrés. En outre, afin de maximiser sa sensibilité aux étoiles très faibles, l’observation de Gaia est en bande large (n’utilise pas de filtres), et ne donne pas d’images en vraies couleurs : le système en fausses couleurs utilisé ici est fonction de l’intensité seulement. Les couleurs réelles et les propriétés spectrales des étoiles sont en fait mesurées grâce aux autres instruments de Gaia (RP, BP, RVS).

Il se trouve que cette image, une des premières, sera également une des dernières ! En effet, le mode opératoire de Gaia consiste à détecter les objets et à n’en envoyer que des imagettes, et non pas de larges images de champs d’étoiles, comme celle-ci, à but de tests uniquement.

Voir d’autres images de test ainsi que la comparaison de cette image avec le même champ observé par OGLE-IV.

Crédits : ESA / DPAC / Airbus DS